Visiteur

digitdigit
digitdigit
digitdigit
digitdigit

Matériel roulant du métro Parisien

Westinghouse ] [ Sprague Thomson ] [ Matériel Articulé ] [ MP51 ] [ MP55 ] [ MP59 ] [ MF67 ] [ MP73 ] [ MF77 ] [ MF88 ] [ MP89 ] [ MF01 ] [ MP05 ]

Le métro Parisien a ouvert ses portes le 19 juillet 1900. C'est un des métros les plus anciens du monde après Londres, Glasgow et Budapest. Ce magnifique réseau qui a maintenant plus de 100 ans, a connu (et connaît encore) une grande diversité de matériel roulant. Sans avoir le but de donner un document qui porte sur tous les détails, voici un résumé sur le matériel roulant du métro parisien, qui connaît en gros deux types : le matériel fer (comme un train) et le matériel pneu.

img

WESTINGHOUSE

Dans les premières années, le métro Parisien était conçu en grande majorité en bois. Chaque voiture ne comportait que deux essieux.
Depuis le début du métro, il connaissait une division en première et deuxième classe.
Vu le fait que les voitures ont été construites en bois, on peut imaginer le danger avec tous les fils et connexions électriques. Trois ans après l'ouverture du jeune métro, il vivait sa plus grande catastrophe. C'était le 10 août 1903 : une voiture Westinghouse a pris feu à la station Couronnes (emoemo). Comme les voyageurs avaient peur de ne pas être remboursés, ils n'ont quitté la station. Intoxiqués par les fumées, cet incendie a coûté la vie à 83 personnes. Un court-circuit était à l'origine de cette catastrophe.
Après ce grave accident, les rames Westinghouse existantes ont été modifiées : la cabine de conduite est passé du bois au fer.

pic
pic
Westinghouse

SPRAGUE THOMSON

Le Sprague Thomson, ou tout simplement Sprague, est le matériel roulant le plus connu. Ce fut en 1908 que la première rame a été mise en service, la dernière ayant quitté le métro en 1983. Le Sprague Thomson est connu pour avoir avec des voitures vertes pour la deuxième classe et une voiture rouge pour la première classe.
Dans la deuxième classe, les sièges étaient en bois, tandis que dans la première classe, ils étaient recouverts de cuir.
Conduire un Sprague n'est pas une tâche facile. Le conducteur doit presque être formé comme un mécanicien afin de savoir comment utiliser tous ces leviers et connexions. C'est un véritable art de savoir rouler vite avec un Sprague et dans le même temps s'arrêter juste au bout du quai.
Le Sprague Thomson a été utilisé par la CMP et le Nord-Sud (les deux entreprises qui exploitaient le métro avant la RATP). Ceux du Nord-Sud ont connu des couleurs différentes (gris et bleu) et étaient équipés d'un pantographe (le Nord-Sud utilisait alors une caténaire, et le CMP un troisième rail comme la RATP aujourd'hui).

pic
pic
Sprague Thomson
pic
pic
Sprague Thomson
pic
pic
Sprague Thomson
pic
pic
Sprague Thomson

MATÉRIEL ARTICULÉ

Arrivé après la seconde guerre mondiale, ce matériel devait permettre tout d’abord palier au vieillissement du parc Sprague-Thomson, et ensuite moduler la capacité des trains en fonction de la fréquentation. Le matériel articulé (MA) se composait en fait d’éléments indéformables tricaisses reposant sur quatre bogies, d’où son appellation de matériel articulé, étant couplés par pair.
Destiné à la ligne emo, qui allait être prolongée à Pleyel, quarante éléments seront commandés aux établissements Brissonneau et Lotz en 1948 et livrés à partir de 1951.
La mise en unité multiple sera abandonné en 1972 en raison de problèmes sur les connecteurs électriques de l’attelage automatique Scharfenberg.
Mis en circulation sur la ligne emo en 1952, le MA sera transféré sur la ligne emo, après rénovation, lors de la fusion des lignes 13 et 14 en 1976 ,où il achèvera sa carrière en juin 1994.

MP51

L'idée était proposé par Michelin, d'équiper les rames du métro avec des pneus. Par conséquent l'accéleration et le freinage est beaucoup plus efficient que pour les rames sur fer (comme un train normal). De plus, rouler sur pneus est plus silencieux et cause moins de vibrations. Grâce au fait que les roues sur pneu sont montées à côté des roues en fer, ces trains peuvent également rouler sur les (parties des) lignes qui ne sont pas équipés avec des pistes de roulement pneus.

A partir de 1951, une automotrice prototype sur pneus (MP51) fut mise à l’essai sur un court tronçon entre la porte des Lilas et le Pré Saint Gervais (La voie Navette) préalablement transformé pour recevoir ce prototype.

pic
pic
Face 3/4 d'un MP51
pic
pic
Face d'un MP51
pic
pic
Bogies pneu du MP51

MP55

L’expérimentation avec le MP51 sur la voie navette s’avérant concluante, la RATP passa commande en 1954 de 71 voitures type MP55 permettant de composer 17 rames auprès de Renault et Brissonneau et Lotz. Le MP 55 fut progressivement mis en service de 1956 à fin 1957.
Entre 1965 et 1967, ce matériel sera équipé du pilotage automatique et de la téléphonique haute fréquence.
Durant toute sa carrière, qui s’est achevée en janvier 1999, le MP 55 n’aura connu que la ligne emo (Châtelet – Mairie de Lilas).
Une motrice (M 3011) et une voiture (AB 5517) ont été conservées par le Département du patrimoine de la RATP ; une autre motrice (M 3001) était destinée au musée Renault.

MP59

Le succès rencontré sur la ligne emo (Châtelet – Mairie de Lilas) avec le MP55 amène La RATP a équiper de matériels sur pneumatiques les deux lignes les plus chargées du réseau : la ligne emo (Château de Vincennes –Pont de Neuilly à l’époque) et la emo (Porte de Clignancourt – Porte d’Orléans). Parallèlement, la capacité fut portée de 5 à 6 voitures avec un allongement des stations à 90 m.
Les nouveaux trains, appelés Matériel Pneumatique 59 (MP59), seront mis progressivement en service sur la ligne emo de 1963 à fin 1964 et sur la ligne emo entre 1966 et 1967.
Une partie du parc des MP59 (52 rames) sera modernisé entre 1989 et 1992, à la faveur du prolongement à La Défense, en partie à l’air libre.
En 1997, l’arrivée du Matériel Pneumatique 89 (MP89), entraîne la migration des rames modernisées vers la ligne emo et des rames non modernisées de la emo vers la ligne emo pour palier la réforme du MP55.
Le MP59 est aujourd'hui le plus ancien matériel roulant en service normal sur les lignes emoemo et emoemo, au nombre de 73 rames.

pic
pic
Un MP59 sur la ligne 11
pic
pic
Un MP59 sur la ligne 11
pic
pic
Un MP59 sur la ligne 4

MF67

Le MF67 est le plus ancien Matériel Fer que l'on retrouve en service normal aujourd'hui. C'est le successeur du MA (Matériel Articulé).
Toutes les lignes ne pouvant être équipées pour le roulement sur pneumatique (question de délais et de coûts), et les rames Sprague-Thomson commençant à accuser sérieusement leur âge, la RATP passa commande en 1966 de deux prototypes, un à la CIMT avec caisses en acier soudé et l’autre à Carel et Fouché avec caisses en acier inoxydable. Avant même la livraison de ces deux prototypes, une commande de 40 rames (MF67 A1 et A2) sera passée aux deux constructeurs et livrée à la ligne emo entre juillet 1968 et avril 1971.
Une seconde livraison (MF67 C1 et C2), entre juin 1971 et octobre 1973, permit d’équiper intégralement les lignes emo et emo.
En 1973, on se rendit compte que la circulation des trains à 5 motrices ne se justifiait pas, il fut décidé de commander des remorques (MF67 D) afin de former des trains de 3 motrices et 2 remorques, ce qui permit de faire circuler du MF67 sur le maximum de lignes, les rames Sprague ne servant plus qu’aux heures de pointe, ceci donna une touche de modernisme à l’ensemble du réseau.
Le MF67 E (4ème livraison), aux caisses bleu-foncé, fera son entrée à partir de 1975, suivi l’année suivante par le MF67 F (5ème et dernière livraison), ce dernier ayant circulé principalement sur la ligne emo.
Au total, 1483 voitures de type MF67, soit 293 trains, ont été fabriqués, ce qui en fait la plus grande série de matériels jamais commandée depuis le Sprague-Thomson.

On retrouve ce matériel sur les lignes emo, emo, emo, emo et emo.
Il y a eu plusieurs types de rénovations sur les MF67 :

  • Pas du tout rénovées comme sur les lignes emoemo, avant le déploiement des MF01
  • A peine rénovées, juste l'intérieur et non pas la loge comme sur les lignes emoemo
  • Partiellement rénovées comme sur les lignes emoemo
  • Profondement rénovées comme sur la ligne emo


Vous pouvez obtenir plus de détails dans un article entièrement consacré au MF67 en cliquant ici.

pic
pic
2 MF67 de la 9
pic
pic
MF67
pic
pic
MF67
pic
pic
MF67

pic
pic
MF67 rénové de la 3
pic
pic
MF67 rénové de la 3
pic
pic
MF67 sur la 3

MP73

Le MP73 est le successeur du MP59.
La ligne emo (Nation – Etoile), ayant un tracé en grande partie en viaduc, engendre de nombreux bruits pour les riverains lors du passage des rames. Aussi, en vue de les réduire, la RATP approuve, en 1971, le principe de l’équipement de cette ligne en matériel à roulement sur pneumatiques. 46 rames à cinq caisses sont donc commandées et l’intégralité du parc, dénommé MP73, sera mis en service durant le mois de juillet 1974, après avoir été remisé neuf d’usine dans différents lieux de garage sur le réseau du métro parisien. Esthétiquement, ce matériel se distingue par un nouveau dessin des faces avant (inspirées du MF67).
Par rapport aux matériels précédents, les améliorations portent sur un éclairage renforcé et de nouveaux sièges, l’adoption de pneus striés et de caisses allégées. Quelques rames en composition à 6 caisses ont circulé sur la ligne emo, tandis qu'une rame de 4 voitures circule sur la ligne emo (à fin août 2014).
Aujourd’hui le MP73 roule uniquement sur la ligne emo et a dernièrement bénéficié d’une rénovation intérieure et extérieure.

pic
pic
MP73 à St Jacques
pic
pic
MP73 à Sèvres-Lecourbe
pic
pic
MP73 sous la neige
pic
pic
MP73 près de Pasteur

MF77

En 1975, l’extension de certaines lignes de métro en banlieue et l’allongement des interstations conduit la RATP à étudier une nouvelle génération de matériel plus performant et plus confortable, le Matériel Fer 77 (MF77).

pic
pic
MF77 à Pte d'Ivry
pic
pic
Intérieur du MF77
pic
pic
MF77, ateliers de Javel

Ce matériel verra son isolation électrique renforcée, sa ventilation et son confort de roulement améliorés, car la Régie le destine à des lignes assez longues prolongées en banlieue et comportant de ce fait de nombreuses sections à l’air libre.
Sa forme galbée le différencie notablement des autres matériels et permet d’accroître de 13 cm la largeur intérieure (au niveau des épaules des voyageurs).
En outre, la livrée blanche d’origine du MF77 lui a valut l’appellation familière de "métro blanc".
Ce matériel, livré de 1978 à 1982, permit l’élimination des dernières rames Sprague-Thomson. Dix dernières rames MF77 ont été livrées en 1986. Actuellement le MF77 circule sur les lignes emo, emo et emo.

De plus, le MF77 était le premier matériel du métro Parisien où les concepteurs ont envisagé une intercirculation (comme dans le prototype Boa). Malheureusement, cette idée n'a pas été mise en pratique.
Les rames vieillissantes vont subir une profonde rénovation.

pic
pic
Intérieur du MF77 rénové
pic
pic
MF77 rénové


197 rames ont été construites et on retrouve ce matériel sur les lignes emo, emo et emo, dont les rénovés sur cette dernière.

MF88

Le Matériel Fer 88 (MF88) est la concrétisation des recherches et développements effectués lors de l’expérimentation du BOA, issu de quatre caisses du MF77 raccourcies. Ce dernier a permit de tester les essieux –légèrement- orientables et l’intercirculation totale entre les voitures. C'est le seul matériel du métro Parisien construit par Bombardier.
Afin de valider les différentes innovations choisies, la RATP décide d’équiper la ligne emo (Louis Blanc – Pré Saint Gervais) de rames reprenant le concept du BOA.
La commande passée porta sur la réalisation de 9 rames de 3 voitures, dénommées MF88, livrées de fin 1992 à début 1993. Leur mise en service aura lieu en janvier 1994.
Alors que la caisse centrale repose uniquement sur deux essieux, les voitures d’extrémité possèdent un bogie de configuration 1 – A (un essieu directeur et un essieu orienté côté loge de conduite) et un essieu moteur côté anneau d’intercirculation.

Ce matériel est victime de nombreux problèmes techniques. Rappelons que c'est le seul à n'être en effet pas doté de bogies, mais d'un système d'essieux orientables, qui en pratique n'a jamais obtenu la fiabilité escomptée, et qui nécessite donc une maintenance régulière et coûteuse.

Mais avant que le MF88 soit conçu, il y a eu des tests sur un MF77 de quatres voitures raccourcies de 15 à 10 mètres, modifié avec trois types d'intercirculations (GEC-Alsthom, Faiveley et ANF) pour savoir lequel est le mieux conçu pour le métro parisien. C'est Faiveley qui a été choisi. Ce prototype fut nommé BOA 001 et a circulé sur la ligne 5 dès le début de l'année 1991 pendant un ou deux ans.

pic
pic
MF88 à Louis Blanc
pic
pic
MF88 à Jaurès

MP89

Le MP89 existe sous deux versions : CC (Cabine de Conduite) et CA (Conduite Automatique).
La ligne emoemo fut la première à en être équipée (MP89 CC). Suite à l'automatisation de cette dernière en 2013, ces rames ont été transférés sur la ligne emo afin de remplacer les MP59, partis à la casse.
Le MP89 CA circule sur la ligne automatisée emoemo.
Le MP89 possède une intercirculation et est le premier matériel qui effectue des annonces sonores automatisées (notamment l'annonace de la prochaine station). Ceci est le système ASA (Annonces Sonore Automatique).
L'intercirculation pour le matériel sur pneu est un grand soulagement pour beaucoup d'utilisateurs du métro. Grâce à celle-ci, les courants d'air sont beaucoup plus efficaces, rafraichissant plus facilement les passagers, notamment pendant les périodes chaudes.
52 rames MP89 CC ont été construites pour la ligne emo, maintenant ligne emo et 21 MP89 CA pour la ligne emo

pic
pic
MP89 à Bastille
pic
pic
MP89 quitte La Défense
pic
pic
Un MP89 sur la 1
pic
pic
Intérieur d'un MP89

MF01

Le MF01 (ou MF2000) a pour but de remplacer les rames MF67 qui commencent à accuser de leur âge.
Les MF01 sont arrivés respectivement sur les lignes emo, emo puis emo.

Pour les lignes emo,emo et emo, les commandes n'ont pas encore été effectuées (à fin août 2014). Un nouveau matériel, fortement inspiré du MF01, serait envisagé pour ces trois lignes.
Après une période de tests sur le réseau, la rame de présérie du MF2000 a roulé dès le 17 janvier sur la ligne emoemo.

pic
pic
Face du MF01
pic
pic
Intérieur du MF01
pic
pic
Intercirculation MF01
pic
pic
Profil du MF01

Pour découvrir ce type de matériel roulant en plus de détails, un article spécial lui a été dédié.

MP05

Le MP05, dernière génération de matériel roulant, est fortement dérivé du MP89. Ce premier a remplacé au fur et à mesure le parc des MP89 CC (Cabine de Conduite) de la ligne emoemo.
Le MP05 a la même apparence extérieure que le MP89. Il en est de même pour l'intérieur, à l'exception du coloris des sièges et des blocs de climatisation.

Le MP05 a été uniquement livré en version Conduite Automatique (comme sur la emoemo avec ses MP89 CA) dans le cadre de l'automatisation de la ligne emoemo.
De début 2010 à avril 2011, les portes palières sont installés sur la ligne emo afin de pouvoir automatiser la ligne et de tester les MP05.
Les premières navettes automatiques sont rentrées en service voyageur dès novembre 2011. Ceci marque le début du fonctionnement mixte entre les MP05 et les MP89 CC. Ceci durera jusqu'à fin décembre 2012, date à laquelle roule uniquement de navettes automatiques.


Pour cet article, aucune source n'a été utilisée en dehors de nos connaissances.
Un grand merci au membre Nord-Sud pour son aide concernant les matériels MA, MP55, MP59, MF67, MP73, MF77 et MF88.

SymbiozCope Menu
Métro RATP
Matériel Roulant
Les rames MF 67
Les rames MF77
Les rames MF2000/MF01
Un demi-siècle de projets
Les lignes du métro
Les lignes bis
L'automatisation
Les trains de travaux
Le pilotage automatique
ADEMAS
MP14


» version imprimable
» demande d'édition

Article écrit par :
   cr-corporation
Dernière mise-à-jour par :
   Nico
Dernière mise-à jour le :
   05-09-2014
Nombre de vues :
   57197

© Copyright SYMBIOZ / CR-Corporation — 2017 — contactconditions généralesplan du siteSYMBIOZ in English — total visiteurs : 644 377 — HTML 4.01-T CSS 2.0