Visiteur

digitdigit
digitdigit
digitdigit
digitdigit

Les accès et mâts du métro


MISES À JOUR

Le 06/11/2011 : Ajout de Créteil - Pointe du Lac emoemo
Le 09/10/2011 : Ajout de Boulogne Jean-Jaurès emoemo
Le 05/06/2010 : Ajout de Montparnasse-Bienvenüe emoemoemoemoemo
Le 20/06/2008 : Ajouts des Agnettes et de Asnières-Gennevilliers - Les Courtilles emoemo

INTRODUCTION

Pourquoi y a-t-il différents mâts ? Comment les reconnaître ? A quoi ressemblent les accès de métro ? Y a-t-il des particularités ?

Voici donc un bref résumé... Bonne lecture !

Attention, il y a énormément de photos, veuillez bien patienter un petit instant avant de les admirer. emo Si vous voulez vous plaindre, n'accusez pas l'auteur de cet article, mais la RATP avec ses différents accès qui font la richesse de son patrimoine ! emo

PETITE HISTOIRE SUR LES ACCÈS

Une partie du livre Notre métro de Jean ROBERT parle des accès. En voici un extrait :

Les accès :
A l'origine du Métropolitain, à l'époque du CMP, les accès étaient réduits au strict minimum : un escalier débouchant sur la voie publique permettait d'atteindre une salle de distribution des billets située à peu près à mi-hauteur entre la rue et les voies. De là, deux escaliers descendaient vers les quais ; les couloirs débouchaient le plus généralement à une extrémité des quais, mais parfois aussi y parvenaient latéralement dans la partie centrale (Marbeuf, Alma). Le tarif unique ayant été adopté, le contrôle des billets s'effectuait uniquement à l'entrée des voyageurs sur le quai. Les mêmes couloirs servaient à l'entrée et à la sortie.
Les escaliers débouchant sur les trottoirs furent surmontés dans le centre de la ville d'un édicule de fer forgé dessiné par l'architecte Guimard, qui restera longtemps caractéristique du Métropolitain.

L'amélioration des accès :
En raison de l'accroissement continuel du trafic de pointe sur le Métropolitain, devevu RATP, de nombreux accès et couloirs de correspondances, de construction ancienne, étaient devenus tout à fait insuffisants. En certains points, de véritables "bouchons" de voyageurs se formaient matin et soir dans ces couloirs trop exigus ; des queues interminables s'allongeaient dans les correspondances, rendant d'autant plus pénibles les trajets sur le réseau. Le moindre retard sur une ligne pouvait avoir des conséquences dramatiques, le flot humain, arrêté devant un portillon, augmentant de seconde en seconde jusqu'à envahir la totalité des couloirs disponibles, puis les quais des lignes voisines. Il était donc indispensable d'améliorer le débit des accès les plus fréquentés pour avoir une pleine utilisation de la capacité de transport du nouveau matériel roulant.
Les premiers travaux importants furent réalisés en 1951 et 1952 aux accès et correspondances des stations Saint-Lazare et Place de Clichy pour le prolongement de la ligne 13. Dès lors, la RATP procéda systématiquement à la reconstruction des accès et des correspondances aux points les plus critiques du réseau à raison de quelques stations chaque année. Les principaux travaux furent réalisés aux dates suivantes :
1952 : Réaumur-Sébastopol
1953 : Montparnasse-Bienvenüe
1954 : Nation
1956 : Denfert-Rochereau (en liaison avec la ligne de Sceaux), Michel-Ange–Auteuil, Franklin D. Roosevelt
1957 : Saint-Augustin
1958 : Stalingrad, Opéra, Gare de Lyon, Saint-Philippe-du-Roule, Porte de la Villette
1960 : Marcadet-Poissonniers, Gare du Nord
1961 : Invalides, Bastille
1963 : Nation, Etoile
1964 : Villiers, Pont de Sèvres, George V
1965 : Porte d'Orléans.
Certains de ces travaux réalisés aux stations terminus (Porte de la Villette, Pont de Sèvres) avaient pour but d'assurer une meilleure liaison entre le Métropolitain et les quais de départ des autobus de banlieue.
Dans le cadre des remaniements d'accès, il faut encore mentionner le renouvellement des premiers escaliers mécaniques par des appareils modernes, le remplacement de certains ascenseurs par des escaliers mécaniques (Barbès-Rochechouart, La Motte-Picquet) ou par de nouveaux ascenseurs à marche automatique (Saint-Michel, Cité, Buttes-Chaumont).
En octobre 1964, le couloir de correspondance de Châtelet reçut le premier trottoir roulant du réseau.
Enfin, dans de nombreuses stations, le contrôle des billets, jadis effectué sur les quais, fut reporté dans la salle de distribution. Afin de réduire l'effectif du personnel, un système de "recette-contrôle" fut installé dans les accès à faible trafic, le contrôle des billets étant assuré par la receveuse chargée de la vente.

LES MÂTS DU MÉTRO

Enseigne Guimard, Art Nouveau :
C'est un emblème très connu du métro parisien. Cet enseigne a été conçu par Hector Guimard. On le reconnait très facilement avec la police d'écriture de Métropolitain ainsi que les "brins de muguets" maintenues par le portique.

pic
pic
Châtelet
pic
pic
Nation
pic
pic
Nation
pic
pic
Châtelet

pic
pic
Mouton Duvernet
pic
pic
Denfert-Rochereau
pic
pic
Mouton Duvernet
pic
pic
Denfert-Rochereau



Candélabre Val d'Osne :
Ce candélabre fut installé dans les années 1920, uniquement sur une partie du réseau CMP afin d'améliorer la visibilité des accès au métro grâce aux contours en frise de fer forgé et un globe blanc éclairé la nuit. Ces candélabres ont été fabriqués et fondus par les usines du Val d'Osne.

pic
pic
Saint Michel
pic
pic
Saint Michel
pic
pic
Saint Placide
pic
pic
Saint Paul



Enseigne Nord-Sud :
De 1910 jusqu'en 1930, on pouvait lire sur les enseignes l'inscription Nord-Sud, alors concurrent de la CMP. Dès la fusion entre ces deux entités, l'inscription est alors modifiée en Métropolitain.

pic
pic
Solférino
pic
pic
Lamarck-Caulaincourt
pic
pic
Notre-Dame-des-Champs
pic
pic
Porte de Versailles



Mât végétal :
Ce genre de mât est présent sur le trottoir, pour orienter les gens vers la station de métro, peu visible, comme à Lamarck-Caulaincourt. Il est à notre connaissance, le seul qui existe.

pic
pic
Lamarck-Caulaincourt
pic
pic
Lamarck-Caulainc.
pic
pic
Lamarck-Caulaincourt
pic
pic
Lamarck-Caulaincourt



Mât Dervaux, Art Déco :
Candélabre créé par l'architecte du même nom, le mât Dervaux est également connu dans le monde du métro parisien. Ce mât, où est inscrit l'abréviation Métro sur fond rouge surplombe les balustrades en fer forgé ou les entourages en pierre de taille.

pic
pic
Tolbiac
pic
pic
Porte Dauphine
pic
pic
Champs Elysées Clém.
pic
pic
Porte Dauphine



Mât antennes bleues des années 1960 :
Ce mât représente la simplicité. L'inscription Métro en bleu sur fond blanc est entourée de deux cercles symbolisant une antenne.

pic
pic
Alésia
pic
pic
Bastille
pic
pic
Vaugirard
pic
pic
Porte d'Orléans



Le mât M jaune :
Ce mât, également connu, peut être éclairée la nuit afin de mieux voir au loin un accès au métro. On le reconnaît avec la lettre M entourée de deux cercles.

pic
pic
Porte Maillot
pic
pic
Esplanade de la Défense
pic
pic
Convention
pic
pic
Porte Dorée



Le mât totem :
Parrallèlement inauguré avec l'arrivée de la ligne 14 en 1998, un nouveau mât a été conçu. Ce mât est en forme d'arbre se terminant par deux branches. Sur chacune des branches est inscrite le M moderne, entouré aux trois-quarts, le nom de la station, les lignes de métro desservant ladite station ainsi que le logo de la RATP, soit à droite, soit à gauche du nom de la station. Dans certains cas, les logos de la RATP et de la SNCF sont côte-à-côte au-dessus du nom de la station comme à Gare de Lyon ou Bibliothèque François Mitterrand.
De plus, il existe des mâts avec le logo BUS ou le logo RER seuls. Plusieurs de ces logos peuvent être ensemble, comme BUS et RER, M et BUS ou M et RER.
Ce mât est éclairable la nuit.

pic
pic
Madeleine
pic
pic
Gare de Lyon
pic
pic
Bercy
pic
pic
Bibliothèque F. M.

pic
pic
Olympiades
pic
pic
La Défense
pic
pic
St-Denis Université
pic
pic
St-Denis Pte de P.



Les mâts et enseignes atypiques :

  • Certains mâts sont présents pour montrer qu'un passage souterrain existe via les couloirs du métro, comme il en existe deux différents à Madeleine.
  • Le premier est un mât orné d'un entrelacs de feuilles dorées très inhabituel juste à côté d'une balustrade de type Dervaux.
    Le second mât est posée sur un accès en pierre classique dessinée par l'architecte Cassien-Bernard. Les deux mâts de cet accès sont en fer forgé. Le mât de gauche indiquait initialement le nom de la compagnie Nord-Sud. Il a été modifié lors de la fusion, en 1930, entre les deux entités CMP et Nord-Sud qui allait donner naissance à la RATP.
    Ces deux types de mâts ont été installés en 1910 sur la ligne Nord-Sud A (l'actuelle ligne 12) afin de concurrencer les esthétiques mâts CMP.
  • Le mât rouge de Franklin D. Roosevelt est unique en son genre. Il n'est présent que dans cette station. Ce mât rappelle les réverbères installés par la Ville de Paris au début du XXe siècle.
  • L'auvent qui surplombe l'entrée principale de la station Robespierre est de style Art Déco. Il comporte une enseigne rouge installée verticalement au-dessus de l'accès avec le nom de la station incrusté dans le mur. Le second accès ressemble fortement au premier, mais son auvent est différent, avec l'inscription Métro installée horizontalement. Le nom de la station est également incrusté dans le mur.
  • L'accès de la station Vaneau donne dans un petit-bâtiment faute de place sur le trottoir. L'accès est signalée par deux enseignes surmontés d'un globe lumineux, dont on peut lire d'un côté Métro et de l'autre côté Station Vaneau.
  • L'indication Métro entre les deux arcades de l'accès secondaire de Place Monge, est en rouge dans un caractère simple, à l'opposé des caractères d'Hector Guimard.
  • La mention Métro de la station Place des Fêtes, inscrite verticalement sous le fronton, est réalisée en lettres découpées.
  • Le mât de la station Mairie de Montreuil, ouverte en 1937, est intégré à la grille qui entoure l'Hôtel de Ville de Montreuil. La mention Métro ressemble fortement à celle de Place des Fêtes, inscrite en lettres découpées et lisible verticalement. Un globe lumineux surmonte le mât, dans le même genre que le Mât Dervaux.
  • A la station Bourse, l'enseigne, de type Saint-Lazare, indiquant Métropolitain en noir sur fond blanc, indique la présence d'une station de métro donnant sur le parvis de la Bourse de Paris.
  • L'indication Métropolitain de la station St Georges est en blanc sur fond rouge et surplombe la grille de l'entourage qui se fond dans celle des immeubles.
  • L'affichage de Métro à Riquet est de style Art Déco, mais l'emplacement de celle-ci, sur le mur au-dessus de l'accès dans l'immeuble la rend atypique.
  • Sur les deux accès de la station Concorde jouxtant les Tuileries, il n'y a pas de mâts mais un auvent collé au mur. Il est d'imitation Art Déco et est éclairable une fois la nuit tombée. Un autre existe à Hôtel de Ville, visible sur l'accès en balustrade Dervaux donnant sur la place du même nom.
  • Le M rouge enchâssé dans un cercle bleu, avec un bandeau bleu indiquant Métro à la station Sentier a été installé dans les années 1950. Ce type d'enseigne a été expérimenté sur la ligne de Sceaux mais a été petit à petit remplacé par les mâts antennes bleues ou les mâts M jaune.
  • L'enseigne qui indique un des accès de Miromesnil, plus précisément l'entrée dans le bâtiment, est un mât M jaune. Mais ce mât M jaune est carré et non rond.
  • L'enseigne de la station Quai de la Rapée date de 1970, lors de la reconstruction d'un bâtiment, cette fois-ci en béton, après avoir détruit l'ancien accès ressemblant à l'actuel accès de St-Jacques, situé sur la ligne 6. L'enseigne est ronde avec un M jaune sur fond bleu clair.

pic
pic
Madeleine
pic
pic
Madeleine
pic
pic
Madeleine
pic
pic
Madeleine

pic
pic
F. D. Roosevelt
pic
pic
Franklin D. Roosevelt
pic
pic
Franklin D. Roosevelt
pic
pic
Robespierre

pic
pic
Robespierre
pic
pic
Vaneau
pic
pic
Vaneau
pic
pic
Place Monge

pic
pic
Place Monge
pic
pic
Place des Fêtes
pic
pic
Place des Fêtes
pic
pic
Mairie de Montreuil

pic
pic
Mairie de Montreuil
pic
pic
Bourse
pic
pic
St Georges
pic
pic
Riquet

pic
pic
Concorde
pic
pic
Sentier
pic
pic
Miromesnil
pic
pic
Quai de la Rapée

LES ACCÈS DU MÉTRO

Les accès de métro Guimard :
Toutes les entrées de station Guimard sont classées Monuments Historiques. Les accès sont dessinés par l'architecte Hector Guimard. Il a conçu trois types d'accès :

  • Les pavillons,
  • Les édicules,
  • Les entourages (qu'on appellera plus communément le style candélabre).

En fonte de fer vert, les accès sont composés d'éléments standardisés, posés sur un socle de pierre. Les formes et motifs arts nouveaux imitent la nature et vont jusqu'à évoquer des libellules ou des animaux préhistoriques. On peut voir sur les parties basses, un M stylisé, qui est la marque du Métro, excepté sur l'édicule de la Porte Dauphine.
Deux types d'accès Guimard existent encore de nos jours : le style édicule et le style candélabre (ou entourage).

Les pavillons :
Les accès de type pavillon ont été construit Place de l'Étoile et Place de la Bastille. Ils étaient surnommés à l'époque "Pagode" ou "Pavillon Chinois", en référence à l'Extrême-Orient avec ses toits superposés. Malheureusement, ces deux grands pavillons ont été détruits, respectivement en 1925 et 1962.

  • Les façades de ces grands pavillons étaient faits en panneaux de lave émaillée, encadrés de montants en fonte. Le pavillon de Bastille était plus grand que celui de la Place de l'Étoile.
  • Le pavillon de Bastille avait une forme de fer à cheval. Ses toits présentaient de multiples décrochements les uns par rapport aux autres d'où le surnom de "Pagode". De plus, une galerie de passage a été effectuée au-dessus des voies de la ligne 1, reliant le quai Est, le quai Ouest et la voie publique.

pic
pic
Ancien édicule, Bastille
pic
pic
Ancien édicule, Bastille
pic
pic
Ancien édicule, Bastille
pic
pic
Ancien édicule, Bastille


  • Le pavillon de la Place de l'Étoile était placé sur le terre-plein entre l'Avenue de Wagram et l'Avenue Mac-Mahon. Il comportait un accès réservé à la sortie et un autre dévolu à l'entrée, placé sur le coté.

pic
pic
Ancien édicule d'Étoile
pic
pic
Ancien édicule d'Étoile
pic
pic
Ancien édicule d'Étoile
pic
pic
Ancien édicule d'Étoile



Les édicules :
Les accès en édicule sont surmontés d'un auvent comprenant une toiture et une marquise de verre. Ils sont rarissimes de nos jours. Deux modèles d'édicule ont été créés par Hector Guimard : le modèle A (ouvert sur les côtés), présent à Abbesses, et le modèle B, (fermé sur les côtés), présent à Porte Dauphine. Un dernier modèle existe, (à Châtelet), mais celle-ci est une reconstitution du modèle B, aux côtés ouverts. Ce modèle est de création contemporaine. Seuls les édicules de Porte Dauphine et d'Abbesses (bien qu'il ait été déplacé de Hôtel de Ville à Abbesses) sont d'origines.

  • L'édicule version A est présente à la station Abbesses. Ce pavillon a été démonté en 1972 à Hôtel de Ville, rue Lobeau, suite à la construction d'un parking souterrain. Son édicule de toit est différent des deux suivantes car la toiture est à double pente et est soutenue par 4 piliers.

pic
pic
Abbesses
pic
pic
Abbesses
pic
pic
Abbesses
pic
pic
Abbesses


  • Construit en 1900, lors de l'ouverture de la station Porte Dauphine de la ligne 2, l'édicule version B est la plus célèbre des réalisations de Guimard à travers le monde. Il a été restauré en 1999 et a retrouvé son ancienne splendeur. C'est le seul ayant des panneaux, qui sont par ailleurs en lave émaillée d'Auvergne de couleur orange. Sa verrière est en forme de V et est soutenue par 3 piliers.

pic
pic
Porte Dauphine
pic
pic
Porte Dauphine
pic
pic
Porte Dauphine
pic
pic
Porte Dauphine


  • Cet édicule Guimard est une reconstitution du modèle B, aux côtés ouverts. Elle a été construite en 2000, à l'occasion du centenaire du métro parisien. Cet accès se trouve à la station Châtelet, sortie Place Sainte Opportune. Ce style de pavillon est reconnaissable sans les panneaux sur les côtés. Sa verrière, soutenue par 3 piliers, est en forme de V et ses côtés sont ouverts.

pic
pic
Châtelet
pic
pic
Châtelet
pic
pic
Châtelet
pic
pic
Châtelet



Le style candélabre :
Les accès candélabres (ou entourage) sont des balustrades en fer forgé vert surmonté d'un portique portant l'inscription Métropolitain.
Quelques variantes existent, comme à Mouton Duvernet, avec et sans les candélabres, Nation et son large candélabre avec une bouche d'aération, et Tuileries avec deux accès le long des grilles du parc du même nom, un pour les entrées et un autre pour les sorties.

pic
pic
Pasteur
pic
pic
Denfert-Rochereau
pic
pic
Botzaris
pic
pic
Richard-Lenoir

pic
pic
Mouton Duvernet
pic
pic
Tuileries
pic
pic
Tuileries
pic
pic
Mouton Duvernet

pic
pic
Chardon-Lagache
pic
pic
Nation
pic
pic
Nation
pic
pic
Nation



Les balustrades en fer forgé :
Vous ne trouvererez ce type de balustrades que sur l'ex-réseau Nord-Sud. En effet, à l'époque du Nord-sud, alors concurrent de la CMP, il fallait que ce premier se démarque du second. Les entrées des stations s'ornent de balustrades en fer forgé et de frises en céramique pour se différencier du style Guimard et son Art Nouveau présent sur le réseau CMP.

pic
pic
Notre-Dame-des-Champs
pic
pic
Falguière
pic
pic
Porte de Versailles
pic
pic
Porte de Versailles

pic
pic
Porte de Versailles
pic
pic
Solférino
pic
pic
Solférino
pic
pic
Porte de Versailles



Les balustrades de type Dervaux :
Dervaux le retour ! Après le mât Dervaux (Art Déco), les balustrades de type Dervaux. Si on est pas très con, on peut éventuellement supposer que le mât Dervaux va avec la balustrade ! Logiquement, lorsque vous verrez un mât Dervaux, vous aurez une balustrade de type Dervaux. Mais pas toujours... Par exemple, un mât M jaune cohabitant avec une balustrade de type Dervaux à Goncourt, un mât Dervaux sur un entourage en pierre de taille à Champs-Elysées Clémenceau, ou sur une bouche de métro moderne à Porte d'Orléans, ou encore, aucun mât sur un accès Dervaux aux Sablons.
Vers 1920, la coopération entre la CMP et Guimard étant terminée, la CMP se tourne vers Dervaux pour simplifier, épurer les formes des balustrades en fer. Pour les entourges en pierre de taille, c'est Cassien-Bernard qui s'y colle.
D'autres couleurs peuvent exister, comme à Porte de Champerret avec un vert bleu hideux.

pic
pic
Rue de la Pompe
pic
pic
St Sébastien Froissart
pic
pic
Porte de Champerret
pic
pic
Rambuteau

pic
pic
Pont Marie
pic
pic
Goncourt
pic
pic
Duroc
pic
pic
C. d'A. La Fayette



Les entourages en pierre de taille (type Cassien-Bernard) :
L'entourage en pierre de taille de Franklin D. Roosevelt, comme celle de la place de l'Opéra, est une alternative au modèle Art Nouveau créé par Hector Guimard. Ce type d'accès a été créé à la demande de la CMP (Compagnie du chemin de fer Métropolitain de Paris) par l'architecte Marie-Joseph de Cassien-Bernard. Ces accès ont été installés sur les grandes places ou les boulevards aménagés par Haussmann à la fin du XIXe siècle, afin de mieux fondre dans l'environnement, pour favoriser la discrétion.
Quelques variantes existent sur le réseau.

pic
pic
Madeleine
pic
pic
Madeleine
pic
pic
Franklin D. Roosevelt
pic
pic
Franklin D. Roosevelt

pic
pic
Opéra
pic
pic
Opéra
pic
pic
Concorde
pic
pic
Concorde

pic
pic
Champs Elysées Clém.
pic
pic
Place Monge
pic
pic
Place Monge
pic
pic
Place Monge

pic
pic
République
pic
pic
République
pic
pic
Georges V
pic
pic
Georges V



Les entrées des stations aériennes :
La salle des billets des stations aériennes peut prendre plusieures formes : bâtiment en pierre situé sous le viaduc, simple recette, ou encore une recette plus récente dans un batiment en matériaux modernes (ex : aluminium à La-Motte-Picquet Grenelle). Selon les stations, des marches peuvent permettre d'accéder à la salle des billets ou bien les accès se situent sur les côtés et non face à la station.

pic
pic
La Chapelle
pic
pic
La Chapelle
pic
pic
Dupleix
pic
pic
Dupleix

pic
pic
Glacière
pic
pic
Sèvres-Lecourbe
pic
pic
Nationale
pic
pic
Quai de la Gare



Les accès de métro modernes :
Beaucoup d'accès dans le métro sont de type que je vais appeler "modernes". Les premiers sont arrivées après la Seconde Guerre Mondiale, donc à peu près dès 1950. Les accès modernes vertes, comme celle de la photo de Porte d'Orléans, peuvent facilement être confondues avec les balustrades de type Dervaux. Les lignes sont encore plus épurés que celle de Dervaux, qui avait déjà simplifié celles de Guimard.
Les autres versions sont des variantes qui sont en général présentes dans les gares routières ou zones de même acabit.

pic
pic
Porte d'Orléans
pic
pic
Pont de Sèvres
pic
pic
Porte Maillot
pic
pic
Villejuif Louis Aragon

pic
pic
Porte de Choisy
pic
pic
Bobigny P. R. Queneau
pic
pic
Porte de la Villette
pic
pic
St-Denis Porte de Paris

pic
pic
Esplanade de la Défense
pic
pic
La Défense
pic
pic
La Défense
pic
pic
Hôtel de Ville



Les entrées Météor :
Ce type d'accès a été créé dès l'ouverture de la ligne 14 en 1998. Ses parois sont vitrés le plan de métro rétro-éclairé au-dessus de la balustrade a été redessiné.

pic
pic
Madeleine
pic
pic
Pyramides
pic
pic
Gare de Lyon
pic
pic
Bercy



Les entrées dans un immeuble :
Ces types d'accès ont été construits par manque d'espace sur la voie publique. Les accès ont été créés au cas par cas. L'entrée se fait par la façade dont on a le maximum préservée le style original. A propos de la station Robespierre, il y a deux entrées dans un immeuble. Les deux se différencient grâce à un auvent différent (l'un horizontal, l'autre vertical).

pic
pic
Pernety
pic
pic
Pernety
pic
pic
Buzenval
pic
pic
Buzenval

pic
pic
Robespierre
pic
pic
Robespierre
pic
pic
Sentier
pic
pic
Sentier

pic
pic
Miromesnil
pic
pic
Miromesnil
pic
pic
Riquet
pic
pic
Carrefour Pleyel



Les entrées dans un bâtiment :

  • L'entrée de la station Saint-Jacques se situe au dessus des voies de la ligne 6, à la frontière entre voies aériennes et voies souterraines. La décoration du bâtiment, de couleur marron et beige, est directement inspirée des frises présentes sur les accès typiques. De plus, les enseignes sont d'inspiration Guimard.
  • L'accès de la station Volontaires est agrémenté d'un décor en céramique avec l'inscription Métropolitain. L'édifice est également ornementé d'une frise en fer forgé, typique du style Nord-Sud. Dans les années 1970, le mât M jaune a été rajouté pour en signaler l'accès.
  • L'accès de la station Vaneau a été édifié dans l'alignement des autres bâtiments autour, faute de place sur le trottoir. L'accès est signalée par deux enseignes surmontés d'un globe lumineux, dont on peut lire d'un côté Métro et de l'autre côté Station Vaneau. Le mini-bâtiment est décoré avec des carrelages en céramique de couleurs bleue et verte.
  • Les deux accès de la station Place des Fêtes ont été construits en 1936 et aménagés pour servir d'abri anti-aérien étanche aux gaz toxiques, pouvant contenir jusqu'à 6000 personnes. Ces deux accès donnent sur deux très longs escalators qui mènent vers une des plus profondes stations du réseau. L'édicule est en béton et une mini-séparation a été effectuée pour séparer les flux entrants et les flux sortants avec les inscriptions Entrée et Sortie. L'auvent de forme triangulaire, ne porte aucune indication extérieure. Sur le fronton est lisible la mention Métro en lettres découpées.
  • Les accès des stations Pelleport, Saint-Fargeau et Porte des Lilas, dessinés par l'architecte Charles Plumet, ressemblent à un bâtiment d'une petite gare. En effet, ces stations sont creusées en grande profondeur. C'est pourquoi leurs accès différent du reste du réseau pour pouvoir mettre en place des ascenceurs qui donnent directement sur le trottoir. Entourés d'un auvent, l'accès est typique de l'architecture des années 1920, avec une enseigne intégré au bâtiment indiquant Métropolitain.
  • Le bâtiment en béton de Quai de la Rapée de la ligne 5 remplace en 1970 un édicule fort semblable à celui de St-Jacques sur la ligne 6 (auparavant ligne 5). La station Quai de la Rapée est en tranchée et à l'air libre. Un accès de type bâtiment est donc approprié pour cette station particulière.
  • La station de St-Denis Université a été inaugurée le 25 mai 1998. Elle dessert comme son nom l'indique, une université, plus précisément l'université de Paris VIII de Saint-Denis. Au-dessus des voies se trouve un grand hall qui dessert une importante gare routière. Son grand toit en forme de V rompt avec l'architecture des bâtiments autour.
  • Cet accès de la station St-Denis Porte de Paris, ouverte en 1976 lors du prolongement de la ligne 13, donne derrière la gare routière du même nom. La construction de cet accès se veut plus originale car à gauche, un escalier montant mène vers la gare routière, et à droite, un escalier descendant vous dirigera vers les couloirs du métro.
  • Les accès des stations Malakoff Rue Etienne Dolet et Châtillon Montrouge sont des accès créés en 1976 lors du prolongement de la ligne 13 à Châtillon Montrouge. Le prolongement étant fait en aérien, les accès se font dans un large bâtiment moderne, avec un grand hall, logé sous les voies aériennes.
  • L'accès de la station Louise Michel - qui n'est pas dans un bâtiment, mais qui donne l'impression d'être - a été créé en 1937 à l'occasion du prolongement de la ligne 3 à Pont de Levallois. Sa particularité est dû à l'étroitesse des trottoirs et au manque de place pour construire un accès. L'aspect extérieur a été rénové en 2002, en reprenant le concept des mâts totems.
  • Les accès qui donnent dans un bâtiment à Esplanade de la Défense sont sous la dalle. L'accès secondaire, vers le Pont de Neuilly se fait via les escaliers, et l'accès principal, plus vers les immeubles d'entreprises de la Défense, se fait via des escalators.
  • Les accès de La Défense sont nombreux. Parmi ces accès, on peut trouver tout à l'Est des accès de type bâtiment, toujours sous la dalle, via les escalators.
  • L'accès secondaire de la station Place Monge se situe sous les Arènes de Lutèce. Les arcades sont une reproduction afin de se fondre dans le décor du square attenant. Les frises en demi-cercle surmontant les grilles présentent des motifs datant des années 1930. L'indication Métro entre les deux arcades est en rouge dans un caractère simple, à l'opposé des caractères d'Hector Guimard.
  • L'accès secondaire de Boulogne Jean-Jaurès est du même genre que Vaneau, Volontaires ou Place Monge. Dû à l'étroitesse de la Rue du Château ainsi que des trottoirs, l'accès se fait dans un bâtiment en briques rouges.
  • Les stations Les Agnettes et Asnières-Gennevilliers - Les Courtilles disposent chacune d'une entrée unique dans un batiment très clair en matériaux modernes. De larges baies vitrées surplombent la salle des billets, laissant ainsi la lumière pénetrer à l'intérieur de la station, jusque sur les quais.
  • Créteil - Pointe du Lac surplombe la station aérienne. Ce bâtiment simple et moderne, donne accès entre autres aux bus, parkings et au Stade Duvauchelle.

pic
pic
Saint-Jacques
pic
pic
Saint-Jacques
pic
pic
Saint-Jacques
pic
pic
Volontaires

pic
pic
Volontaires
pic
pic
Volontaires
pic
pic
Vaneau
pic
pic
Vaneau

pic
pic
Place des Fêtes
pic
pic
Place des Fêtes
pic
pic
Place des Fêtes
pic
pic
Place des Fêtes

pic
pic
Pelleport
pic
pic
Pelleport
pic
pic
Saint-Fargeau
pic
pic
Saint-Fargeau

pic
pic
Porte des Lilas
pic
pic
Porte des Lilas
pic
pic
Porte des Lilas
pic
pic
Quai de la Rapée

pic
pic
Quai de la Rapée
pic
pic
St-Denis Université
pic
pic
St-Denis Université
pic
pic
St-Denis Université

pic
pic
St-Denis Université
pic
pic
St-Denis Porte de Paris
pic
pic
Malakoff R. Etienne Dolet
pic
pic
Châtillon Montrouge

pic
pic
Louise Michel
pic
pic
Esplanade de la Défense
pic
pic
Esplanade de la Défense
pic
pic
La Défense

pic
pic
Place Monge
pic
pic
Place Monge
pic
pic
Place Monge
pic
pic
Boulogne Jean-Jaurès

pic
pic
Les Agnettes
pic
pic
Les Agnettes
pic
pic
AG Les Courtilles
pic
pic
AG Les Courtilles

pic
pic
Créteil - Pointe du Lac




Les entrées atypiques :

  • L'accès de la station Sèvres-Babylone est unique en son genre. En effet, après quelques marches, vous allez soit à droite, soit à gauche. A droite, vous vous dirigerez vers la ligne 12, ex-Nord-Sud, et à gauche vers la ligne 10, ex-CMP.
  • La lentille de verre de la station St-Lazare est la seule grande indication au niveau du paysage urbain de la présence de la ligne 14. Cet édicule de verre a été réalisé par l'architecte Jean-Marie Charpentier. Cette conception a été faite pour obtenir une salle d'échange à ciel ouvert. Les espaces s'articulent autour de ce puits de lumière, répartis sur 3 niveaux.
  • Située à mi-hauteur entre l'Avenue du Président Kennedy et la Place de Costa Rica, la station Passy est en partie aérienne (viaduc et tranchée) et en partie souterraine. Deux escaliers en amont et en aval de la rue de l'Alboni permettent d'accéder à la station. Sur le côté de la station allant vers Charles de Gaulle - Etoile, il y a deux escalators, avec pour pallier la salle des billets de la station Passy.
  • Les deux accès de St Georges sont semi-circulaires. Ils sont encadrés de fer forgé, comme les hôtels particuliers de la Place Saint Georges afin de s'harmoniser avec l'architecture du quartier. L'indication Métropolitain en blanc sur fond rouge surplombe la grille de l'entourage qui se fond dans celle des immeubles.
  • Si vous avez remarqué, tous les accès du métro sont longitudinaux. A la Porte de Versailles, un seul accès s'inscrit dans une courbe. De plus, l'accès est non seulement original, mais aussi en fer forgé.
  • A la station Miromesnil, les accès sont également dans une courbe, mais nettement moindre que celle de la Porte de Versailles. Cet accès est de type moderne et non de type Dervaux ou en fer forgé.
  • Le kiosque des Noctambules, situé à Palais-Royal Musée du Louvre, a été réalisé à l'occasion du centenaire du métro parisien. Ce kiosque est composé de deux faces : l'une est obscure, du couloir du métro jusqu'en haut des marches et l'autre est lumineuse, le métal et le verre illuminant la bouche du métro. Les coupoles sont à l'image des marquises d'Hector Guimard.
  • Les 3 stations aériennes de Créteil (Créteil L'Échat, Créteil Université et Créteil Préfecture) sont entre les deux voies routières de la Départementale 1 (D1). Pour les deux premières stations, Créteil L'Echat et Créteil Université, l'accès se fait de chaque côté sous la Départementale contrairement à la station Créteil Préfécture dont les accès se font au-dessus des voies de la D1, via des passerelles.
  • A Porte Dauphine, l'accès est tout le contraire de celle de Sèvres-Babylone. Il y a deux accès, qui se rejoignent avant de rejoindre les couloirs afin de prendre le métro.
  • La station Lamarck-Caulaincourt a une entrée unique... dépourvues d'escaliers pour y accéder. Et devinez par quoi elle est entourée ? De deux escaliers menant vers Montmartre ! Avouez, c'est cocasse ! emo
  • La station Corvisart étant construite à fleur de sol, l'accès ne se fait ni dans un immeuble, ni dans un bâtiment ou édicule mais de chaque côté de la station dans un aménagement spécifique sous les voies de la ligne 6.
  • Certains accès reprennent les grilles ou rembardes environnantes. A Saint-Germain-des-Près, les grilles de l'accès sont les mêmes que celles du mini-jardin de l'Église du même nom, les rembardes de l'accès secondaire rue Lobau à la station Hôtel de Ville sont les mêmes que celles de l'Hôtel de Ville de Paris, les rembardes de Bourse sont les mêmes que celles qui entourent la Bourse de Paris, ou encore les grilles de l'accès principal de la station Mairie de Montreuil reprennent celles de l'Hôtel de Ville de Montreuil.
  • La majorité des accès de la station Bobigny Pablo Picasso donnent sur la gare routière. Ces accès sont en brique, ce qui change par rapport au reste du réseau où les accès sont en fer ou en métal.
  • A Gabriel Péri, les accès donnent généralement sur la gare routière. Ces accès sont en carrelage marron, imitation brique.
  • Un accès particulier existe à la station Montparnasse-Bienvenüe. L'accès se situe sur la place Raoul Dautry, face à la Tour Montparnasse. Pour y accéder, il faut descendre les escaliers et accéder aux couloirs comme si on entrait dans un bâtiment.

pic
pic
Sèvres-Babylone
pic
pic
Sèvres-Babylone
pic
pic
Sèvres-Babylone
pic
pic
Sèvres-Babylone

pic
pic
Saint Lazare
pic
pic
Saint Lazare
pic
pic
Saint Lazare
pic
pic
Saint Lazare

pic
pic
Passy
pic
pic
Passy
pic
pic
Passy
pic
pic
Passy

pic
pic
St Georges
pic
pic
St Georges
pic
pic
St Georges
pic
pic
St Georges

pic
pic
Porte de Versailles
pic
pic
Porte de Versailles
pic
pic
Miromesnil
pic
pic
Miromesnil

pic
pic
P.-R. M. du Louvre
pic
pic
Palais-R. M. du Louvre
pic
pic
Créteil L'Échat
pic
pic
Créteil L'Échat

pic
pic
Créteil Université
pic
pic
Créteil Université
pic
pic
Créteil Université
pic
pic
Créteil Préfecture

pic
pic
Créteil Préfecture
pic
pic
Porte Dauphine
pic
pic
Porte Dauphine
pic
pic
Lamarck-Caulaincourt

pic
pic
Lamarck-Caulaincourt
pic
pic
Corvisart
pic
pic
Corvisart
pic
pic
St Germain des Près

pic
pic
St Germain des Près
pic
pic
Hôtel de Ville
pic
pic
Hôtel de Ville
pic
pic
Mairie de Montreuil

pic
pic
Mairie de Montreuil
pic
pic
Bourse
pic
pic
Bourse
pic
pic
Bourse

pic
pic
Bourse
pic
pic
Bobigny Pablo Picasso
pic
pic
Bobigny Pablo Picasso
pic
pic
Gabriel Péri

pic
pic
Gabriel Péri
pic
pic
Montp. Bienvenüe
pic
pic
Montp. Bienvenüe
pic
pic
Montp. Bienvenüe

SOURCES ET REMERCIEMENTS

Le site de la RATP, rubrique patrimoine de la RATP a été consulté pour obtenir des détails sur les mâts.
Merci à l'auteur du site L'Art Nouveau pour m'avoir autorisé la publication des anciennes cartes postales des édicules Guimard de Bastille et d'Étoile.
Merci également à l'auteur du site Histoire du ticket de métro pour m'avoir autorisé la publication de la carte postale en couleur de l'édicule Guimard de Bastille.
Merci aux membres Florian, Hugues et Matrix pour leurs photos et au même Hugues pour son texte extrait du livre Notre métro de Jean ROBERT.
Et un grand merci à mon appareil photo ! emo

SymbiozCope Menu
Stations RATP
Les stations originales
Les stations oubliées
Les stations culturelles
Le Renouveau du Métro
Les accès et mâts
Liège
Olympiades
Porte d'Orléans


» version imprimable
» demande d'édition

Article écrit par :
   Nico
Dernière mise-à-jour par :
   Nico
Dernière mise-à jour le :
   14-03-2014
Nombre de vues :
   38217

» Exprimez-vous sur l'article

© Copyright SYMBIOZ / CR-Corporation — 2017 — contactconditions généralesplan du siteSYMBIOZ in English — total visiteurs : 635 821 — HTML 4.01-T CSS 2.0